Best Destination Travel Guides
Hegenheim. Village de charme en Alsace.
Search  
 

Infos Pratiques
Municipalité
 Hier à Aujourd'hui
 Maire & Elus
 Logement
 Education
 Economie & Emploi
 Impôts
 Marché Publics
 Elections 2014
 Elections 2008
Activités & Sports
Vie Associative
Services & Utile


Newsletter

page 1 of 1

Le nom (Hegenheim dès 1230) signifie habitation de Hagino (prénom germanique). La période romaine est marquée par la présence d’un croisement important de voies romaines traversant le ban, celles menant de Porrentruy à Augst et de Binningen à Rixheim.

Le village dépendait au temporel de l’Evêché de Bâle; l'église Saint-Rémy est attestée depuis le XIVe siècle (nouveau bâtiment de la fin du XVIIIe siècle). Les évêques le donnèrent en fief à des vassaux, les nobles suisses de Rotberg (1457) puis les Baerenfels en 1482. Le château des Baerenfels (cité fin 17ème) passa au 18ème aux Barbier, famille picarde dont un membre, ingénieur militaire, construisit la forteresse de Huningue ; au 19ème aux Reinach. Ayant appartenu jusqu’en 1692 aux Baerenfels, le château, avec une chapelle privée à l’usage de ses propriétaires, est reconstruit en 1737 par Aimable-Laurent de Barbier. Il s’agit du seul bâtiment classé au titre des Monuments Historiques de Hégenheim (1990).

Le XVIIème siècle est marqué par l’installation d’une forte communauté juive aux portes de Bâle où ils ne sont pas tolérés. En 1673, Achille de Baerenfels permit aux Juifs, venus notamment de Birseck et d'Allschwil en 1694, d’établir sur ses terres un cimetière qui prit une importance régionale, et contient environ 8000 tombes. La synagogue a été construite en 1821, l’asile pour vieillards israélites a ouvert en 1874. En 1838 il y avait 845 israélites à Hégenheim. Ils étaient 14 familles en 1689, 83 familles soit 409 personnes en 1784, 725 habitants en 1851, 110 en 1905 et 20 en 1954. Le cimetière juif ouvert en 1673 est encore utilisé par des communautés israélites d'Alsace et de Suisse. Dès 1789, le Sundgau vécut plusieurs pogroms.

La synagogue de 1740 fut détruite en 1815 et reconstruite en 1821. Lors du "Judenrumpel", entre février et avril 1848, 850 Juifs furent chassés temporairement. De 1805 jusqu'à 1866, le rabbinat de Hégenheim desservait également Bâle et d'autres communautés de Suisse. Le rabbin Moses Nordmann, en fonction de 1834 à 1884, fut un précurseur de l'émancipation des juifs en Suisse. Dans la première moitié du XIXe siècle, la communauté juive de Hégenheim était la huitième de France; en 1838, plus d'un tiers de la population était israélite. Hégenheim possédait une importante communauté : au milieu du 19ème siècle, sur 2151 habitants, 785 étaient juifs.

En juin 1815, lors du dernier siège de Huningue, la synagogue, édifiée vers 1740, fut pillée et incendiée. Elle fut reconstruite en 1821, puis restaurée en 1858. Elle sera désaffectée après la première guerre mondiale, et sert aujourd'hui d'atelier. Hégenheim était un rabbinat jusqu'en 1910. Après 1870, les juifs émigrèrent suite à deux événements: l'émancipation en Suisse et la guerre franco-allemande.

En 1956, la communauté fut dissoute et la synagogue sert aujourd'hui d'atelier à des artistes. Avant la première guerre mondiale, Hégenheim était un important centre de production horloger. La Manufacture de montres Lévy employait une centaine d’ouvriers, dont la moitié venait de Suisse. Elle a été remplacée par la Société Anonyme Manufacture d’Horlogerie du Haut-Rhin (jusqu’en 1963).

Les nombreuses associations locales (plus d’une vingtaine) contribuent pour une grande part au bien-vivre dans la commune. Le Käsnapperfascht, fête villageoise, est connu bien au-delà de la région frontalière.


Home | Contact | Conditions d'utilisation | Plan du site | Charte vie privée | Top of page